« C’est beau l’orchestre » (I) Un Divin Divan

En réponse à l’article de France Musique :

Le West-Eastern Divan Orchestra nommé ambassadeur de l’ONU

« Le travail de l’orchestre [le West-Eastern Divan Orchestra] témoigne de la capacité de la musique à faire tomber les barrières et construire des ponts entre les communautés », a déclaré Ban Ki-moon. « Je suis ravi que l’orchestre se soit engagé à nous aider dans notre travail pour la création d’un monde plus pacifique, inclusif et uni ».

 

Rien de plus facile !

L’orchestre symphonique est organisé pour que les musicien.ne.s ne communiquent pas entre eux/elles ! Dans un orchestre, on peut donc faire jouer les meilleur.e.s ennemi.e.s du monde : pas de choix du répertoire, pas de choix des musicien.ne.s avec qui jouer, pas le choix du temps des répétitions, pas de choix de la manière de travailler, etc. Donc, aucun motif de dispute : il suffit d’avoir un chef charismatique !

De plus, il y a certainement peu de différences et de désaccords entre les musicien.ne.s de cet orchestre, de la même génération, socialisé.e.s dans des conservatoires équivalents, jouant la même musique de la même manière, spécialistes des mêmes instruments, musicalement dépolitisé.e.s, c’est-à-dire habitué.e.s à ne voir que de la musique pure et plus de rapports sociaux, et persuadé.e.s, grâce à ce genre d’article et de nomination, de sauver le monde en jouant côte-à-côte. Ils ont peut-être des passeports et des religions différentes, mais ils partagent la même culture et la même croyance musicales !

Bref, une simple image symbolique, qui va éventuellement faciliter quelques échanges diplomatiques, mais qui ne changera certainement pas le monde musical. Bien au contraire, c’est encore l’occasion de se complaire dans le sempiternel « c’est quand même beau LAMUSIQUE  » et occulter les rapports de domination qui sont (largement) aussi fréquents que les rapports cordiaux dans les pratiques musicales, en particulier en orchestre : lire, par exemple, cet article d’un ancien musicien d’El Sistema : All that matters is how good it sounds  (traduction du titre : « Tout ce qui compte, c’est que ça sonne bien. » Pour l’instant, on n’a pas/peu ce genre d’articles critiques sur la pratique d’orchestre en France, peut-être parce que l’orchestre -et son corollaire éducatif, le conservatoire – sont des produits politiques et historiques français.)

Enfin, tant qu’on ne s’en tient qu’à la représentation idyllique du concert, cette belle image sera préservée, car c’est la seule chose qu’on montre en général de la musique : l’harmonie ! Il faut passer en coulisse pour voir l’envers de l’harmonie, comme le montrent quelques chercheurs (Bernard Lehmann, Pauline Adenot, Hyacinthe Ravet ou Geoffrey Baker), ce que font en revanche rarement les journalistes de France Musique. Ils ne peuvent évidemment rien dire d’autre que de dithyrambique sur l’orchestre – à l’instar des journalistes de l’Équipe à propos du Tour de France –  parce que  la Maison de la Radio  abrite deux prestigieux orchestres en son sein : l’Orchestre National de France et l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Tout ce qui est bon pour l’orchestre est donc bon pour Radio France!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *