L’art, une arme après les larmes ?!

Les attentats commis à Paris le 13 novembre dernier ont particulièrement touché le monde de la « culture » en visant une salle de spectacle. Parallèlement à l’émotion première qu’ils ont suscitée, on a vu fleurir un certain nombre d’articles clamant haut et fort les vertus de la « culture », en particulier au sens où elle est considérée depuis l’établissement du ministère des Affaires culturelles en 1959 devenu ministère de la Culture, à savoir un synonyme d’Art, comme rempart naturel à tous les « barbarismes ».

Suite à la publication d’un texte d’un élu à la culture (La culture cette arme puissante) sur le compte Facebook de l’Association Nationale des Enseignants de Disciplines Artistiques, et de ses commentaires dithyrambiques, j’y ai posté le commentaire suivant, rédigé dans un pub de Glasgow, seul et loin de chez moi, tout énervé par l’impuissance devant les évènements passés doublée de la bêtise de l’utilisation démagogique mais si habituelle du terme « culture » :

Non, non et non !
Il faut arrêter avec ces discours généraux qui englobent tout et n’importe quoi :

1° Arrêter de confondre culture et art !
La culture n’est pas l’art. Réduire la culture à l’art, c’est automatiquement en exclure toutes les pratiques sociales, familiales, personnelles, etc. qui font tout ce que nous sommes.
Malraux, et ses successeurs, ont « trusté » le terme culture au profit des Arts en la faisant devenir « Culture » au singulier. C’est une politique d’exclusion en bonne et due forme !

2° Arrêter de prêter à l’art en soi des vertus automatiquement « bonnes »!
Non, l’art ne protège pas de la bêtise ou de la barbarie. Les dirigeants nazis étaient de grands esthètes, en particulier en termes de musique, et ça ne les a pas empêché de commettre des atrocités. Et ils avaient dans leurs rangs des musiciens, des cinéastes, des architectes, des philosophes, etc.
Dans tous les régimes dictatoriaux, il y a des artistes, dans tous les régimes néolibéraux, il y a des artistes, dans toutes les démocraties, il y a des artistes. Un artiste est d’abord un être humain, et comme tout être humain, il peut lui arriver de faire tout et n’importe quoi, mais pas plus, ni moins qu’un autre ! Il utilise des procédures, des objets, des conventions spéciales, qui ne le catégorisent pas en soi du côté du « bien », « contre l’ignorance », etc. Les artistes utilisent une pratique pour faire quelque chose, de la même manière qu’un plombier, un journaliste, un médecin, un cheminot, etc. peut mettre ses pratiques au service d’un autre, ou participer à une entreprise de destruction de l’autre !

3° Arrêter de croire pour bien penser !
L’art sauveur, rédempteur, etc. est un discours de croyance, quasi-religieux, qui dispense de regarder vraiment les pratiques artistiques réelles et leur condition de réalisation. Il faudrait même être d’autant plus suspicieux en art du fait qu’on est centré quasi exclusivement sur le produit réalisé (l’œuvre), et que très vite peut arriver une dérive qui néglige les conditions et les conséquences de sa production, en particulier humaines, mais également écologiques, sociales, etc.

Pour dégonfler les prétentions Culturocentrées de ce texte et revenir un peu les pieds sur terre, remplacez « art » ou « Culture » par « plomberie » par exemple. Est-ce qu’on ne se moquerait pas un peu des plombiers s’ils parlaient comme ça ?!
Alors essayons de parler autrement pour penser autrement !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *