Articles

Cette rubrique présente les articles publiés ou issus de communications de colloques.

[accès à l’article entier en cliquant sur le titre de chaque article]

 IMG_1802Défilé d’un groupe folklorique bressan – St Trivier de Courtes (Ain) – juin 2015

Les conditions de félicité de la pratique musicale en conservatoire : ce que « faire de la musique » veut dire

Résumé. Une pratique musicale n’est visible et légitime en conservatoire que dans la mesure où elle s’inscrit dans le paradigme de l’art tel qu’il s’est cristallisé au XIXe siècle associant un producteur (musicien interprète), une œuvre (préalablement composée) et un récepteur (public) dans un dispositif spécifiquement dédié (le concert). Tout se passe donc comme si une pratique de la musique ne pouvait être considérée de manière légitime que si certaines conditions bien spécifiques étaient remplies. On peut le rapprocher en cela de la fonction performative du langage telle que J. L. Austin l’a définie : pour qu’un acte de langage puisse avoir lieu, il faut que son énonciation remplisse un certain nombre de conditions de félicité (statut du locuteur, forme de l’énoncé, circonstance appropriée). En revenant sur les conditions de félicité de la pratique musicale en conservatoire, c’est-à-dire les conditions pour qu’une pratique musicale puisse être considérée comme une « vraie pratique », cet article invité à questionner ce que « faire de la musique » veut dire et ainsi à penser l’existence de pratiques musicales « non artistiques ».

(La communication initiale a été faite lors des 12èmes Journées francophones de recherche en éducation musicale (JFREM )  « Pratiques actuelles de l´enseignement et de l´apprentissage de la musique : nouvelles voies pour la recherche en pédagogie de la musique » – Lyon – novembre 2014 )

Conception de la pratique musicale en conservatoire : la pratique publique comme pratique-écran

Cet article est publié dans l’ouvrage collectif Les identités des professeurs de musique (dir. F. Joliat, A. Gusewell et P. Terrien) aux Éditions Delatour France dans la collection Musique/Pédagogie.

Résumé. Cet article a pour objectif de préciser le modèle de pratique de la musique — ce qu’on appelle « faire de la musique » — en conservatoire, et de montrer par quels processus d’identification à ce modèle peuvent se dire et se construire des pratiques. Par sa construction politique et son développement historique, le conservatoire constitue une institution en France. Comme toute institution, il fournit les catégories avec lesquelles penser (Douglas, 2004), en particulier la catégorisation du type de musicien formé. En interrogeant le modèle explicite actuel du musicien formé en conservatoire — le musicien amateur — on peut montrer la difficulté à le distinguer du musicien professionnel, en particulier par la pratique visée, la pratique sur scène. Modèle implicite de la pratique musicale, la pratique sur scène constitue ce qu’on peut appeler une « pratique-écran » vis-à-vis des autres pratiques possibles de la musique. L’identification systématique à ce modèle détermine les discours des membres qui constituent l’institution conservatoire, personnels dirigeants, enseignants et élèves, le masquage des pratiques qui ne visent pas explicitement la scène pouvant aller dans certains cas chez ces derniers jusqu’à l’abandon de toute pratique musicale.

(La communication initiale a été faite lors du Colloque « Les identités professionnelles des professeurs de musique » – Paris-décembre 2014)

Dedans, dehors : la place de l’instrumentiste-instrument d’orchestre symphonique.

[Cet article est en attente de publication.]

Résumé. L’Orchestre de Paris propose sur son site internet une rubrique « Figures de notes » où 17 musicien-ne-s de l’orchestre présentent leur instrument sous forme de vidéos de dix minutes environ. Cette mise en scène audiovisuelle constitue un matériau iconographique particulier pour saisir les conceptions de ce métier. L’analyse du dispositif audiovisuel de présentation des instruments permet de rendre-compte des processus conjoints de personnification de l’instrument et d’identification à l’instrument qui transforment l’instrumentiste en « instrumentiste-instrument ». La place de chaque instrumentiste-instrument est désignée par un placement spatial, un rôle musical et un statut social spécifiques et hiérarchisés. Dans la situation de représentation (Goffman 1973) induite par ce dispositif, le discours des instrumentistes alterne entre l’affirmation et l’appréciation de leur place dans l’orchestre et l’aspiration à une place en dehors de celui-ci, cet apparent paradoxe s’expliquant par la figure de l’instrumentiste-instrument.

Goffman, E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

(La communication initiale a été faite lors du Colloque « Montrer le travail et les groupes professionnels » – Lausanne 3-4 septembre 2015)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Penser la musique comme une activité sociale.