“C’est beau l’orchestre” (II) (et si c’est pas beau, c’est quand même de l’art)

En réponse à l’article de Open Online :

Meet the World’s Worst Orchestra, the Portsmouth Sinfonia, Featuring Brian Eno

 

Cet article commente la pratique d’un orchestre de musicien·ne·s ne sachant pas spécialement jouer de leur instrument mais qui jouent des morceaux célèbres pour orchestre comme Ainsi parlait Zarathoustra, L’ouverture de Guillaume Tell ou encore Le beau Danube bleu (à écouter avant de lire la suite pour se faire une image sonore !).

Les commentaires y sont symptomatiques de l’interprétation systématiquement artistique de toute pratique musicale : l’auteur se demande si on a affaire ici à du “théâtre expérimental, de l’art conceptuel ou à une farce”. On n’a tellement pas l’habitude d’entendre et de voir de telles pratiques dans les milieux de la musique qui ne diffusent et ne parlent que de musique “bien jouée” que l’auteur de l’article ne peut pas ne pas interpréter ces pratiques – somme toutes très ordinaires, un groupe de néophytes instrumentistes qui joue des tubes musicaux – comme une performance ou une imposture. C’est dire le rapport à la musique véhiculé par l’ensemble des instances légitimes (et/car légitimatrices) de la musique dont ce journal fait partie. Même ici, on a l’impression qu’on ne pourrait s’autoriser à “mal jouer” de la musique que si on était un artiste pleinement conscient des implications esthétiques de sa pratique (“théâtre expérimental”, “art conceptuel”), ou en ayant une intention de se moquer du monde (“farce”).

“There is truly something “extra-ordinary and unique” about this “musical situation,” you must agree.”
Et bien non, en l’occurrence je n’agree pas ! J’en ai plutôt marre des connivences culturo-centrées de ce genre : cette situation musicale est tout sauf extraordinaire et unique.

Pour en montrer le ridicule, transposons cette même situation si “extraordinaire” dans une autre pratique comme un sport collectif : qui oserait dire que des personnes, n’ayant jamais joué au rugby mais qui s’amuseraient sérieusement à faire un match, c’est-à-dire essayer de respecter les règles et les conventions de ce sport, nous feraient assister à la “condition universellement reconnaissable de la comédie humaine”, et nous permettraient de “rencontrer les parties les moins grandes de nous-mêmes, anoblies dans leur inaptitude par la témérité de cette audace tragicomique” ? (Bon, je suis sûr qu’on peut trouver ce genre d’ineptie sur le rugby aussi !)

Arrêtons de faire passer pour extraordinaires des pratiques qui ne nous sont finalement que socialement étrangères. En les posant là comme extraordinaires, et sous entendant qu’elles ne pourraient qu’être pensées par un artiste (de manière conceptuelle ou provocatrice), on signifie qu’elles ne pourraient donc pas être reproduites par n’importe qui.

Arrêtons donc d’interpréter toute pratique musicale comme un aaarrrt et peut-être que plus de gens oseraient faire de la musique comme ils le souhaitent.